2006-2007

lundi, 01 janvier 2007

28e dimanche ordinaire, année C

Devillers Raphaël

On ne lit pas un évangile comme un article de journal (pour être au courant), comme un roman (pour se distraire), comme un livre de cours (pour apprendre une matière). On le lit, on le relit sans arrêt pour connaître Jésus le Christ, le Seigneur, pour l'écouter, lui obéir, et se convertir. Voyons par exemple trois lectures successives du bref évangile de ce dimanche :

Jésus, marchant vers Jérusalem, traversait la Samarie et la Galilée. Comme il entrait dans un village, 10 lépreux vinrent à sa rencontre. Ils s'arrêtèrent à distance et lui crièrent : " Jésus, maître, prends pitié de nous !... ". En les voyant, Jésus leur dit : " Allez vous montrer aux prêtres". L'un d'eux, voyant qu'il était guéri, revint sur ses pas, en glorifiant Dieu à pleine voix. Il se jeta la face contre terre aux pieds de Jésus en lui rendant grâce. Or c'était un Samaritain ! Alors Jésus demanda : " Est-ce que tous les 10 n'ont pas été purifiés ?......Et les 9 autres, où sont-ils ? On ne les a pas vus revenir pour rendre gloire à Dieu. Il n'y a que cet étranger !".... Jésus lui dit : " Relève-toi et va : ta foi t'a sauvé".

1ère LECTURE : LA RECONNAISSANCE.

Après des années de torture, ce pauvre homme est guéri : Jésus lui a rendu la santé. Lui qui était rejeté, exclu, au ban de la société, il va pouvoir retrouver les siens, reprendre une vie normale. Transporté par une joie folle qui le fait crier sur la route, il revient dare-dare et se prosternant à terre devant Jésus, il tente dans les rires et les larmes de lui exprimer toute sa reconnaissance.

Dire MERCI, exprimer sa gratitude, se retourner vers quelqu'un qui vient de vous faire du bien : ce n'est plus toujours évident dans notre société implacable où tout se vend et s'achète, où il faut aller vite, où l'obsession des objets fait oublier le souci des personnes. Ah ! cette ignominie de devoir payer son enfant pour qu'il consente à laver la voiture de papa !

L'Eglise doit être une communauté de la gratuité, où les biens et les services s'échangent et où la bienveillance éveille simplement ce petit mot MERCI. Savons-nous vivre des échanges gracieux dans lesquels chacun aide l'autre à vivre sans rien exiger en récompense ? Savons-nous nous dégager de la nécessité de "payer" pour exprimer avec un sourire notre simple MERCI ?...

2ème LECTURE : L'ETRANGER

On sait que le pays d'Israël n'a été un royaume uni que de façon très éphémère. Très vite, la Samarie du nord s'est détachée de la Judée du sud avec Jérusalem. A la suite des guerres, des colons étrangers s'y sont installés, apportant le culte d'autres dieux. On alla même jusqu'à construire sur le mont Garizim un temple concurrent de celui de la Ville sainte. D'où l'hostilité farouche entre les deux régions ! Or dans le groupe des lépreux guéris, c'est le Samaritain, seul, qui revient vers Jésus, lui, l'hérétique !! " Il n'y a que cet étranger ?" s'étonne douloureusement Jésus. Il en alla de même dans la 1ère église : si la communauté chrétienne dut subir beaucoup d'hostilité à Jérusalem, des missionnaires s'en allèrent en Samarie et ils y accomplirent beaucoup de conversions ! (Actes , chap. 8)

N'en va-t-il pas encore de même aujourd'hui ? Les Européens semblent las de la foi chrétienne et nient leurs racines. Abandonnant leurs vieilles églises (combien sont promises à la démolition ?), ils se tournent vers des spiritualités exotiques et même des sectes dangereuses. Or au même moment, les jeunes Africains, dans des pays ravagés par la famine et la guerre, chantent joyeusement les liturgies chrétiennes ; les jeunes Russes, étouffés par 70 ans de matérialisme, construisent et remplissent des monastères où s'élèvent à nouveau les voix profondes de l'orthodoxie. Couvents et séminaires marchent très bien partout ...sauf dans nos pays occidentaux repus et égoïstes. L'"étranger" comprendrait-il plus vite que le chrétien habitué ?...

3ème LECTURE : SANTÉ ET SALUT

Lorsque les 10 hommes ont aperçu Jésus, ils l'ont traité de "maître" le suppliant afin d'être guéris de la lèpre. Quant au 10ème, le samaritain, constatant que son corps était "guéri", il s'est mis à chanter à tue-tête la Gloire de Dieu, il s'est jeté face à terre devant Jésus ( attitude d'adoration qui ne revient qu'à Dieu !) en "rendant grâce", dit saint Luc qui emploie le mot "eucharistie".

-  Ainsi donc l'homme ne s'est pas rendu au temple devant un prêtre mais il a adoré Jésus - comme si Jésus était pour lui le vrai prêtre, l'homme qui le met en contact avec la divinité.
-  Il n'a pas offert un sacrifice d'animal comme la Loi le prescrivait mais il a chanté la Gloire de Dieu en rendant grâce à Jésus.

C'est pourquoi après avoir guéri son corps, Jésus le déclare SAUVÉ. Car la véritable guérison de l'être humain est de reconnaître en Jésus (qui offre sa vie sur la croix) celui-là qui peut libérer l'homme du péché et l'accomplir en plénitude. La phrase de Jésus est essentielle :

-  RELEVE TOI : c'est le verbe qui sera utilisé à la résurrection.

-  VA EN ROUTE : c'est ce que fait Jésus depuis qu'il s'est décidé à aller vers Jérusalem...pour y être élevé vers son Père...mais grâce à l'élévation sur la croix ! Jésus semble suggérer à l'homme de le suivre sur le même chemin.

-  TA FOI T' A SAUVE : l'homme n'est plus seulement "guéri" en son corps : il est SAUVE. Il entre dans le Royaume de Dieu, recevant le pardon de ses péchés ( lèpre plus terrible que l'autre !) et la communion dans la Vie divine.

Aujourd'hui encore, la majorité des gens (9 sur 10, comme dans le texte) demandent à l'Eglise des bienfaits matériels : distributions de vivres, écoles performantes, hôpitaux compétents, soins de santé, maisons de repos confortables...Or l'Eglise n'est pas là (sauf urgence grave, comme dans le tiers-monde) pour pailler les insuffisances de la société, pour être un CPAS, un centre social, une société parallèle. En tout cas, ce n'est pas cela que le Christ veut. D'ailleurs s'il n'avait fait que des actes de bienfaisance, on ne l'aurait pas tué ! On le voit à suffisance dans l'Evangile, et notamment dans la scène de ce jour .

Voici donc le contenu de notre méditation cette semaine :
-  Savoir exprimer sa reconnaissance, son merci, sa louange.
-  dans une Eglise qui accueille les étrangers plus rapides à croire
-  glorifier Jésus Sauveur dans l'Eucharistie - action de grâce. .
-  Apprendre à relire, relire l'évangile !!!


VICE-PROVINCE SAINT-THOMAS-D’AQUIN EN BELGIQUE
VICE-PROVINCIE SINT-THOMAS VAN AQUINO IN BELGIE

Cloîtres Saint Jean, 3
4000 Liège
webmaster@dominicains.be