28ème dimanche ordinaire

Auteur: Philippe Henne
Date de rédaction: 10/10/21
Temps liturgique: Temps ordinaire
Année liturgique : B
Année: 2020-2021

Quelle triste histoire que celle de cet homme riche ! Il avait l’air tellement gentil et bien poli.  « Bon maître ! », voilà comme il s’adresse à Jésus.  Visiblement, c’était quelqu’un de bien aimable.  Et pourtant il parle comme un enfant gâté.  Qu’est-ce qu’il demande à Jésus ? De posséder la vie éternelle, de l’avoir en héritage.  Lui qui possède déjà des terres et des maisons, des vaches et des brebis, il lui faut encore et toujours plus : maintenant c’est la vie éternelle.  Et il la lui faut en héritage, c’est-à-dire sans devoir travailler, ni même négocier, en héritage, sans rien avoir à faire.  Sa vie, sa richesse, tout cela, il l’avait pourtant déjà reçu en héritage, de ses parents, mais il lui fallait encore plus.

            On dirait qu’il avait oublié qu’en amour il faut être capable de donner.  Relisez l’Evangile : tous les commandements qu’il récite sont des interdictions : ne pas commettre de meurtre, d’adultère, de vol, etc.  Ne rien faire, voilà finalement son idéal de vie, sa conception de la religion.  Il n’a pas fait de mal, parce qu’il n’a rien fait, même pas le bien.  Il a passé sa vie comme certains enfants bien sages et bien polis qui ne bougent pas de leur chaise. Ils sourient, ils attendent qu’on les serve.

            Mais pour recevoir de l’amour, il faut être capables de se lever, de quitter le fauteuil de son confort, d’éteindre l’écran de son téléphone, d’aller vers l’autre qui est dans le besoin.  C’est ce que Marie a fait aussitôt après avoir appris qu’elle serait la mère de Jésus. Elle n’est pas restée à la maison pour bien se préparer.  Elle est allée chez sa cousine pour pouvoir l’aider.  Il y a tant d’hommes et de femmes qui auraient le droit de recevoir de l’aide, mais qui se lèvent et qui vont aider les autres.

            Admirons donc toutes ces Mère Teresa et Sœur Emmanuelle, tous ces abbé Pierre et Père Damien qui aujourd’hui encore soulagent la misère des autres.  Ils nous soutiennent par leur prière, ils nous éclairent par leur exemple, ils nous portent vers le Christ et vers le ciel.  Ils nous apprennent à aimer comme Jésus l’a fait, en quittant tout par amour pour les autres.

 

Contactez-nous

Merci d'indiquer clairement l'objet de votre demande

Merci d'indiquer à nouveau votre nom
Merci d'indiquer votre email Votre email n'est pas valide
Merci d'écrire un message