Couvent Saint-Albert-le-Grand   Cloîtres Saint-Jean, 3 à 4000 Liège

33ème dimanche ordinaire

Auteur: Philippe Henne
Date de rédaction: 14/11/21
Temps liturgique: Temps ordinaire
Année liturgique : B
Année: 2020-2021

C’est effrayant ! Chaque fois que Jésus évoque son retour glorieux, c’est sous la forme de catastrophes : « le soleil s’obscurcira, la lune pâlira, les étoiles tomberont du ciel ».  Et ce n’est pas mieux avec saint Jean.  Quand il parle de la fin du monde, c’est l’apocalypse : la terre tremblera, les montagnes s’effondreront, les villes brûleront et les gens mourront par milliers.  Cela ressemble à une grande catastrophe atomique.  C’est la fin du monde.  Tout explose.  « Non merci, Jésus ! Reste chez toi », voilà ce qu’on a envie de lui dire.

Lire la suite

32ème dimanche ordinaire

Auteur: Philippe Cochinaux
Date de rédaction: 7/11/21
Temps liturgique: Temps ordinaire
Année liturgique : B
Année: 2020-2021

Durant l’année liturgique, nous avons le dimanche de la Sainte Famille, le dimanche de Pâques, le dimanche de la miséricorde, le dimanche de la Pentecôte, le dimanche de la Trinité, le dimanche de la Fête Dieu et aujourd’hui, avec l’évangile que nous venons d’entendre, nous célébrons le dimanche de la Sainte Collecte.  Cette fête n’existe pas encore officiellement mais comme la fête de Dieu a été célébrée pour la première fois à la collégiale Saint-Martin de Liège, je me suis dit que la Sainte-Collecte pouvait être initiée à la collégiale Saint-Jean l’Evangéliste.  Cette nouvelle fête est célébrée pour que plus personne ne puisse se contenter de donner de son superflu lors des collectes mais bien de tout donner si nous souhaitons vivre à la lumière de ce que nous venons d’entendre. 

Lire la suite

32ème dimanche ordinaire

Auteur: Philippe Henne
Date de rédaction: 7/11/21
Temps liturgique: Temps ordinaire
Année liturgique : B
Année: 2020-2021

Quel macho, ce prophète Elie ! Il arrive dans un village qu’il ne connaît pas.  Il s’installe à la porte du bourg et il interpelle une veuve, en lui disant : « donne-moi de l’eau ! Donne-moi du pain ! »  Et la pauvre veuve obéit. Dans quelle forme d’esclavage les veuves vivaient-elles donc à l’époque pour accepter de telles injustices ? Et cela ne s’est pas arrangé du temps de Jésus.  Lui-même, quand il traversa la Samarie, interpela une femme qui venait puiser de l’eau.  Il lui dit tout simplement : « donne-moi à boire ! »,  ni plus, ni moins.  Et elle obéit.  Il y a de quoi être révolté et de crier à l’exploitation éhontée des femmes.  Et ce serait avec raison que certains seraient révoltés.

            La Bible contient d’autres récits d’esclaves et de veuves, et ces récits sont parfois surprenants.  Prenez celui de Naamân (2 Rois 5).  C’était un chef de guerre syrien.  Il avait chez lui une femme juive qui avait été enlevée par ses soldats et réduite en esclavage depuis sa jeunesse.  Et Dieu seul sait ce que de tels soldats ont pu faire subir à une jeune fille enlevée et réduite en esclavage.  Et pourtant, quand elle apprit que son maître était lépreux, elle s’exclama : « Ah ! Si mon maître pouvait se trouver auprès du prophète qui est en Samarie ! Il le délivrerait de sa lèpre ! » C’est le monde à l’envers.  Cette femme, humiliée, maltraitée, souhaitait la guérison de son maître.  La réaction naturelle aurait été de se réjouir de la maladie de son bourreau.  Elle aurait même pu avoir du plaisir à le voir pourrir.  Mais non ! Elle souhaita sa guérison.  Elle alla même jusqu’à donner l’adresse du prophète Elie.

            La question est de savoir comment ces femmes bafouées ont peu trouver la force et le courage de répondre poliment au Christ, à Elie et à Naamân.  Cette question ne doit absolument pas servir à maintenir ou à justifier cette situation d’injustice dans laquelle elles vivaient, mais la réponse à cette question pourrait nous éclairer sur la façon dont nous, nous pourrions transformer une situation humiliante en un moment de vie et de résurrection.

Lire la suite

Toussaint

Auteur: Philippe Henne
Date de rédaction: 1/11/21
Temps liturgique: Temps ordinaire
Année liturgique : B
Année: 2020-2021

            Est-ce qu’on a vraiment besoin des saints ? Est-ce qu’on ne peut pas parler directement à Dieu et est-ce que Dieu ne pourrait pas nous parler directement ? Oui, bien sûr.  Dieu a parlé directement à Moïse dans le buisson ardent et sur le mont Sinaï.  Il a parlé directement à Pierre quand il allait chez Corneille et Il a parlé directement à saint Paul sur le chemin de Damas.  Mais cela ne fait pas beaucoup de monde et cela n’est pas arrivé souvent.

Lire la suite

30eme dimanche ordinaire (B)

Auteur: Philippe Henne
Date de rédaction: 31/10/21
Temps liturgique: Temps ordinaire
Année liturgique : B
Année: 2020-2021

Voilà bien une image révoltante de la religion : avoir devant soi un Dieu terrifiant ! Comment peut-on parler d’amour avec un Dieu qui fait peur ? Comment être heureux s’il faut toujours se cacher devant un juge sévère ? De toutes façons, Jésus avait dit le contraire.  Quand il apparaissait après sa résurrection, il disait toujours  « n’ayez pas peur ! » Et voilà que la première lecture commence par ces mots : « tu craindras le Seigneur ton Dieu ».  C’est un ordre.  C’est une obligation.

Lire la suite

30ème dimanche ordinaire

Auteur: Philippe Henne
Date de rédaction: 24/10/21
Temps liturgique: Temps ordinaire
Année liturgique : B
Année: 2020-2021

Les gens ne savent pas ce qu’ils veulent.  Quand l’aveugle crie vers Jésus, ils essaient de le faire taire, et, quand Jésus leur dit de l’appeler, ils l’encouragent.  Ils changent du tout au tout leur attitude.  Tout d’abord, ils rejettent le mendiant, ensuite, ils le soutiennent.  Que s’est-il passé ? Dieu a parlé et tout est transformé.  Les disciples sont passés du petit groupe fermé de privilégiés à l’ouverture vers un autre totalement différent.

Lire la suite

29ème dimanche ordinaire

Auteur: Philippe Henne
Date de rédaction: 17/10/21
Temps liturgique: Temps ordinaire
Année liturgique : B
Année: 2020-2021

C’est partout toujours la même chose : dans la cour de récréation, au travail, dans les échanges commerciaux, c’est à celui qui écrasera les autres.  C’est comme si c’était la seule façon de vivre et d’exister : s’affirmer en écrasant son voisin. C’est à celui qui parlera le plus fort.  Et pourquoi ? Les gens ont-ils peur d’être tout seuls, de ne plus avoir à pérorer, d’être obligés d’écouter alors qu’ils préféreraient être la vedette, même si c’est devant un auditoire mort, écrasé, silencieux comme un cimetière ?

Lire la suite

29ème dimanche ordinaire

Auteur: Philippe Cochinaux
Date de rédaction: 17/10/21
Temps liturgique: Temps ordinaire
Année liturgique : B
Année: 2020-2021

Un mandarin partit un jour dans l’au-delà. Il arriva d’abord en enfer. Au milieu de la pièce, il y avait une immense table ronde garnie de délicieux et copieux plats de riz. Les personnes assises autour de cette table étaient maigres, livides : elles étaient manifestement affamées...   Toutes pourtant avaient à leur disposition des baguettes qui leur permettaient d’atteindre les plats de riz. Mais, ces baguettes étaient longues de deux mètres et les empêchaient de ramener la nourriture dans leur bouche.

Lire la suite

28ème dimanche ordinaire

Auteur: Philippe Henne
Date de rédaction: 10/10/21
Temps liturgique: Temps ordinaire
Année liturgique : B
Année: 2020-2021

Quelle triste histoire que celle de cet homme riche ! Il avait l’air tellement gentil et bien poli.  « Bon maître ! », voilà comme il s’adresse à Jésus.  Visiblement, c’était quelqu’un de bien aimable.  Et pourtant il parle comme un enfant gâté.  Qu’est-ce qu’il demande à Jésus ? De posséder la vie éternelle, de l’avoir en héritage.  Lui qui possède déjà des terres et des maisons, des vaches et des brebis, il lui faut encore et toujours plus : maintenant c’est la vie éternelle.  Et il la lui faut en héritage, c’est-à-dire sans devoir travailler, ni même négocier, en héritage, sans rien avoir à faire.  Sa vie, sa richesse, tout cela, il l’avait pourtant déjà reçu en héritage, de ses parents, mais il lui fallait encore plus.

Lire la suite

28ème dimanche ordinaire

Auteur: Didier Croonenberghs
Date de rédaction: 10/10/21
Temps liturgique: Temps ordinaire
Année liturgique : B
Année: 2020-2021
"Il s’en alla tout triste, parce qu’il avait de grands biens." Avouez qu’il y a de quoi être surpris par la réaction de cet homme de la parabole. La précarité n’est-elle pas à combattre et l’abondance de biens synonyme de sécurité? Le confort matériel n’est-il pas source de réconfort plutôt que de tristesse?

Lire la suite

27ème dimanche ordinaire

Auteur: Philippe Cochinaux
Date de rédaction: 3/10/21
Temps liturgique: Temps ordinaire
Année liturgique : B
Année: 2020-2021

Dans un village de nos contrées, un curé fit passer un examen aux futurs communiants de sa paroisse. Il s’adresse à un premier enfant : - Qu’a dit le Seigneur en instituant le sacrement du baptême ? – Il a dit, répond l’enfant : « Je te baptise au nom du Père du Fils et du Saint-Esprit ! ».  – Très bien ! Et toi demande-t-il à un deuxième, qu’a-t-dit pour l'Eucharistie ? – Il a dit : « Prenez et mangez, ceci est mon corps, ceci est mon sang », répond le deuxième enfant. – Parfait ! Et toi, demande-t-il à un troisième, qu’a dit le Seigneur en instituant le sacrement de mariage ?  - Heu... Ah oui ! C’est quand il a dit : « Père, pardonnez-leur, car ils ne savent pas ce qu'ils font ».  

Lire la suite

27ème dimanche ordinaire

Auteur: Philippe Henne
Date de rédaction: 3/10/21
Temps liturgique: Temps ordinaire
Année liturgique : B
Année: 2020-2021

C’est vraiment un cri d’admiration : Adam est tout surpris.  Il avait autour de lui tant d’animaux, et pourtant il se sentait bien seul.  Et voilà que surgit devant lui une nouvelle créature, bien humaine, tout comme lui.  C’est un cri d’admiration, car cette compagne qui lui est donnée était issue de sa propre chair, de son propre côté.  C’est le même cri d’admiration que pousse une mère qui vient d’enfanter.  Cet enfant, c’est le fruit de sa propre chair.  Comment pourrait-elle lui vouloir du mal, l’écraser, l’humilier ? Adam pensait la même chose en voyant Eve : comment pourrait-il la brutaliser, la frapper ou même la détester ? Et pourtant tant de femmes sont battues encore aujourd’hui dans nos villes et dans nos villages.  Dans beaucoup de pays, des femmes sont publiquement humiliées et, pire encore, réduites en esclavage pour le travail ou pour la prostitution. 

Lire la suite

Dernières homélies - Liège

  • 1
  • 2

Newsletter de Liège

Merci d'indiquer votre nom et votre adresse email pour vous inscrire à notre newsletter et vous tenir informé des activités de la communauté de Liège

Veuillez activer le javascript sur cette page pour pouvoir valider le formulaire